Rétrobjet

Newsletter Rétrobjet

La marque Lustucru est une des marques qui a le mieux compris l’intérêt commercial de promouvoir sa marque au travers d’objets à vocation utilitaire. Une imposante famille d’objets pratiques et de cuisine, décorés aux couleurs de la firme, a donc vu le jour.

Cette décoration à base de damiers, bien que suffisamment discrète pour pouvoir s’intégrer à toutes les tables, participait grandement à la reconnaissance et à la popularité de la marque.

« …Des damiers, pas de doute..c’est Lustucru ! »

Aucune marque n’a autant utilisé et développé le principe des cadeaux-primes que « Per’ Lustucru ».
Un moyen simple et efficace de fidéliser sa clientèle puisqu’il suffisait au consommateur de découper sur les paquets de pâtes l’illustration du Per’ Lustucru et de la conserver. A partir d’un nombre même peu important de « points » ainsi collectés, le consommateur se voyait offrir des ustensiles ménagers, des objets de décoration, de la vaisselle, de la maroquinerie…
Les pièces les plus importantes, comme le moulin à café mural en faïence décoré, exigeaient cependant la consommation de pas moins de 350 paquets de nouilles alsaciennes, coquillettes ou faveurs aux œufs frais…

Cette frénésie de primes connaîtra son apogée à la fin des années trente. Pour des raisons évidentes, tous les objets ainsi offerts portaient bien sûr la signature, le logo et les décorations graphiques propres à la marque. Il est amusant de noter que Lustucru avait même édité dans les années vingt des séries d’objets émaillés ne portant aucune marque visible si ce n’est le fameux damier. Une loi de l’époque taxait en effet les objets « cadeaux-primes » portant une marque ou l’image du produit en évidence, situation vite détournée par Lustucru par l’utilisation seule de son damier comme décoration. Le poids de l’image de marque et la notoriété de Lustucru ont fait le reste.

Textes et photos extraits du livre « Objets de pub » de P. Courault et F. Bertin, paru aux éditions Ouest-France (épuisé)
Laisser une réponse